Ce qu’il est essentiel d’anticiper pour l’épreuve quantitative des études de cas des cabinets de conseil

Avec la professionnalisation croissante des préparations des candidats aux entretiens, j’ai abordé il y a quelques jours la problématique du bon usage des frameworks de résolution des cas et leurs limites. Parmi les risques inhérents à toute méthode trop mécanique, il y a celui de tout simplement passer à côté des spécificités du cas en déroulant une méthodologie un peu comme d’autres utilisent un rouleau compresseur. Ce risque sera évidemment d’autant plus visible et impactant dans les cabinets top-tier.

Epreuve quantitative des etudes de cas la difficulte est ailleurs

Pour un examinateur, un très bon moyen de tester l’appropriation du cas pas le candidat est de lui poser une question nécessitant de poser un petit calcul, on parlera d’épreuve quantitative.

Tout d’abord, selon votre profil l’examinateur aura des attentes différentes pour votre épreuve quantitative

  • Un jeune diplôme de grande Ecole de Commerce ou de Science Po sera clairement attendu sur la démonstration de ses capacités analytiques
  • Un ingénieur expérimenté ou un docteur es sciences aura moins de choses à prouver sur le plan analytique : c’est son business sens qui devra être démontré. Un tel candidat devra mettre le paquet sur sa communication et tout faire pour éviter de passer pour une superbe calculatrice dont seul le résultat final serait de nature à rassurer l’examinateur.
  • Tous les profils devront démontrer une approche structure et une capacité à s’approprier le cas par l’intermédiaire de cette épreuve…voyons ce que j’entends par cela.

Différence avec un guess estimate

Attention, certains candidats confondent épreuve quantitative et guess estimate. Or il y a une différence importante entre les deux : le guess estimate est une question en soi, déconnectée d’un cas particulier, alors que l’épreuve quantitative est partie intégrante d’une étude de cas. Concrètement, vous aurez la main pour faire vos hypothèses sans autre contrainte que du bon sens avec un guess estimate, mais il en sera tout autrement avec une épreuve quantitative.

Dans une épreuve quantitative, il y aura aussi des hypothèses à formuler mais elles devront être construites sur les informations déjà données par l’examinateur lors de l’entretien.

Par exemple imaginons une question du type:

« A partir de quelle part de marche notre client atteindrait son point mort ? »

Il y a fort à parier que la décomposition de la structure des coûts et des revenus devra en partie reprendre les données spécifiques au cas et non repartir de zéro. Il s’agira de raisonner avec des enchaînements du type:

« Nous avons déjà discuté de la prépondérance des coûts de production, je fais l’hypothèse de me limiter à ce poste de coût pour déterminer le point mort »

Ensuite la taille du marché a sans doute été abordée au début du cas et il s’agira de s’en servir sans reposer de questions superflues etc.

C’est pourquoi ce type d’épreuve est un excellent moyen de jauger si le candidat

  • Intègre les remarques de l’examinateur
  • Est capable de synthétiser l’ensemble des données utiles pour répondre à la question
  • Est capable de construire ses hypothèses à partir de ces informations

Au delà de ce premier aspect d’appropriation du cas, il y a l’art et la manière de résoudre votre problème quantitatif.

Avec le stress j’ai vu en mock interview des docteurs en mathématiques se planter sur un calcul de pourcentage de niveau BEPC dans ces conditions…donc il est nécessaire de procéder une nouvelle fois avec méthode…ce sera l’objet de mon prochain article.

Vous avez apprécié cet article?
"Recevez une étude de cas intégralement corrigée"
Renseignez votre email pour que je puisse vous envoyer gratuitement ce document inédit! Comme vous je déteste les SPAMS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Subscribe without commenting