Pourquoi – presque – tout le monde peut faire du conseil en stratégie

Parce que l’essentiel est une question de préparation, pas de diplôme ou de réseau.

Avant de passer mon premier entretien au Boston Consulting Group, j’éprouvais des sensations contradictoires. D’un côté j’étais vraiment heureux de pouvoir vivre cette expérience exceptionnelle et je me disais que, quel que soit le résultat, j’aurai au moins pu passer quelques heures au sein de l’une des entreprises les plus réputées de la planète. Un peu comme lorsqu’un étudiant de Math Spe passe les oraux de l’Ecole Polytechnique en France, ou qu’un candidat au MBA se fait interviewer par la Harvard Business School.

D’un autre côté, j’étais évidemment tendu à l’idée de me confronter à un processus de sélection réputé difficile, long et exigeant. De plus, n’ayant pas une culture business par rapport à d’autres candidats, je me sentais partir avec un léger handicap.

Lors des entretiens, avec du recul de 5 années passées au BCG, je réalise combien un entretien d’entrée dans le conseil est une véritable mise en situation du métier de consultant. Non pas pour démontrer une expertise sectorielle, mais pour illustrer comment vous vous comportez hors de votre zone de confort – c’est-à-dire dans un contexte ou vous ne maitrisez pas les conditions. C’est finalement le cœur du métier de consultant en stratégie : fournir une prestation d’excellence avec un niveau d’information forcement limité, un temps limité et en comprenant très vite ce qui est attendu de soi.

Un autre élément est au cœur du métier de consultant : savoir établir une relation de confiance avec ses interlocuteurs sur le plan professionnel. En mission réelle, il s’agira de démontrer des capacités d’analyse, de formalisation et une productivité hors du champ classique du client. Les documents du consultant sont bien présentés, précis, factuels…et cela donne des gages au client. En mission – votre mission – de passage d’un entretien, l’établissement de la confiance est la première étape, bien avant l’étude de cas.

Ainsi je le répète, réussir son entretien est à la portée de tous, pas seulement des Ecoles de Groupe A. En fait si vous ciblez vos cabinets de manière professionnelle, j’affirme que l’origine de votre formation aura un très faible impact sur le déroulement de votre entretien.

Alors décomplexez vous, cela n’arrive pas qu’aux autres. La seule question est : souhaitez-vous oui ou non vous donner les moyens de réussir a entrer dans un cabinet de conseil en stratégie, de gagner plus que vos collègues de promotion, de ne pas compter vos heures de travail pendant une durée que vous choisirez, et de catapulter votre carrière ?

Encore ce matin, j’ai vu un candidat demander anonymement des conseils sur son cv sur un forum français. Franchement si c’est pour s’investir à ce niveau, avec des conseils anonymes, alors je vous le garantie, les chiffres parlent d’eux-mêmes, c’est du 90% d’échec dans tous les cabinets et 100% d’échec dans le top-tier. Ce qui est marquant, c’est que les candidats sont un public BAC+5 qui ne se laisserait pas avoir par des promesses de gain miraculeux sans investissement du type devenir riche grâce à la combine machin chose. Par contre entrer dans un cabinet de conseil en se préparant sur les forums et autour de la machine à café, avec un investissement minimal, cela leur parait crédible. Des naïfs se font berner par des rêves de fortune facile. Des candidats amateurs se font avoir et dépensent la ressource qui est la plus importante : leur temps.

Ce n’est pas parce que le challenge existe que vous devez accumuler les faux-pas. C’est pourquoi je le répète ici, dans le seul but de vous éviter de perdre du temps : il faut au minimum 3 mois de préparation solide pour avoir toutes ses chances de réussir à entrer dans un cabinet de conseil en stratégie. Je compte ici la totalité de la préparation au processus de recrutement, qui commence par le ciblage des cabinets et se termine par votre premier entretien en situation réelle.

Si vous ne souhaitez pas vous investir sur cette durée et à fond, le meilleur conseil que j’ai à vous donner est de vous orienter vers un autre secteur d’activité. Si vous êtes partant, alors respirez un bon coup et foncez en accumulant les atouts pour réussir vos entretiens avec une préparation comparable à celle qui vous a tant réussie pour vos concours de Grande Ecole ou d’examens jusqu’à aujourd’hui.

Vous avez apprécié cet article?
"Recevez une étude de cas intégralement corrigée"
Renseignez votre email pour que je puisse vous envoyer gratuitement ce document inédit! Comme vous je déteste les SPAMS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Subscribe without commenting