Quel est le niveau d’anglais requis pour réussir les entretiens des cabinets de conseil?

La maîtrise de l’anglais est importante pour réussir les entretiens des cabinets de conseil, mais de quel niveau parle-t-on exactement ? Faut-il être bilingue ? A quel niveau l’anglais intervient-il dans le processus de sélection des cabinets de conseil ?

Si cela peut relaxer certains d’entre vous, il est parfaitement possible d’entrer dans un cabinet de conseil réputé, et même Top-Tier sans être bilingue au sens général du terme. Vous n’avez pas à maîtriser la langue de Shakespeare comme si vous deveniez journaliste pour le Washington Post.

Quel niveau faut-il avoir ?

Le niveau cible est celui de proficiency, qui vous permet d’être à l’aise sur le périmètre business d’un consultant. Ce périmètre étant large, il s’agira de connaitre les mots usuels dans chacun des grands domaines (Stratégie, Finance, Organisation, Operations, RH etc.).

Toute formation de type Grande Ecole devrait permettre sans trop d’effort d’atteindre ce niveau cible. De manière très concrète, la plupart des cabinets de conseil en stratégie travaillent indistinctement en français et en anglais. Vous aurez donc toutes les chances une fois embauché de réaliser vos premiers slides en anglais.

Ma première mission au BCG était en anglais, je fus un peu surpris du coté « naturel » du travail en anglais dans ce type d’institution. A l’Université et dans les laboratoires du CNRS ou je travaillais auparavant, les livrables sont en anglais pour la plupart car les journaux cibles de publications scientifiques sont anglophones. Cependant au CNRS on traduit en anglais alors que dans les cabinets de conseil en stratégie, on réfléchit en anglais.

A quoi d’attendre pendant le processus de sélection

Lors des entretiens d’embauche dans le conseil, la plupart des cabinets vous feront parler anglais lors d’un entretien au moins. Notez que tout l’entretien en question ne sera pas forcément en anglais, en fait il le restera jusqu’à ce que votre examinateur soit rassuré par votre aisance. L’anglais n’est pas dans la plupart des cas un critère de sélection mais d’élimination, une condition nécessaire et non suffisante en quelques sortes.

Certains cabinets qui affichent résolument leur identité « one firm » tels que Monitor ou Booz Allen font un usage plus intensif de l’anglais lors des préparations, sans pour autant vous demander encore une fois d’être bilingues.

Comment s’y préparer

L’anglais n’étant pas un critère de sélection mais d’exclusion, il ne doit pas accaparer votre préparation. Par contre, si vous êtes très en dessous du niveau requis, ne vous y prenez pas à la dernière minute, une bonne année de lecture semi-intensive en anglais vous permettrait une bonne remise à flots.

Il faut distinguer deux étapes

  • Votre présentation personnelle : une fois a l’aise en français, ce qui comme vous le savez nécessite un certain travail, recherchez les mots techniques de votre cv et la traduction la plus fidèle de nos concepts bien francophones  (par exemple comment dit-on «professeur  agrégé », « allocataire de recherche », « grande école » etc. furent mes passages obligés, identifiez bien les vôtres), puis rédigez votre lettre de motivation en anglais. Vous notez que la préparation de cette partie de l’entretien peut très bien se faire sans être encore au niveau requis en anglais.
  • Concernant l’étude de cas, et ses impondérables, cela se corse un peu car il vous faudra plus de temps pour vous mettre à niveau. Un passage obligé est la lecture de 1 ou 2 ouvrages anglophones type Vault ou le Cosentino afin de vous mettre dans le bain. Ensuite, vous aurez à synthétiser les concepts clés qui structurent votre approche de l’étude de cas afin de les traduire en anglais. Instant pub, dans l’ouvrage Méthode Intégrale que j’ai rédigé, les concepts business nécessaires et suffisants sont explicités, ce qui vous facilitera la tâche aussi sur ce volet. Pub terminée :)

Evidemment il faudra vous entraîner et répéter au moins la partie de présentation cv et motivation, idéalement avec un partenaire bilingue pour trouver les tournures les plus simples et fluides.

Vous avez apprécié cet article?
"Recevez une étude de cas intégralement corrigée"
Renseignez votre email pour que je puisse vous envoyer gratuitement ce document inédit! Comme vous je déteste les SPAMS

One Response

Write a Comment»
  1. Très bons conseils. Je recommande cet article à toutes les personnes se préparant pour un entretien en anglais. Pour mieux se préparer, je pense qu’il peut être utile d’écouter de l’anglais (films ou séries) pour se remettre dans le bain.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Subscribe without commenting