Viser le sans faute dans le conseil en stratégie: une bonne approche?

Conseil en Stratégie

 

Ces deux dernières semaines, j’ai donné deux séminaires de préparation des entretiens dans les cabinets de conseil en stratégie. Le premier dans l’un des meilleurs MBA de France, le second auprès de candidats déjà en poste et souhaitant faire du conseil. Je partage avec vous une information unique, que tout candidat pourrait facilement infirmer si elle n’était pas exacte.

A la fin des séminaires je demande systématiquement si les participants recommandent ou non la formation. Cela va plus loin que de demander la satisfaction ou la fameuse question si c’était à refaire. Savez-vous combien recommandent la formation? 100% des participants !

Je souhaite partager avec tous les lecteurs d’etudedecas.fr un enseignement clé de ces sessions de préparation au conseil en stratégie pour les candidats et aussi pour ceux qui n’ont pas pu y participer.

On peut réussir dans le conseil en stratégie même en faisant des fautes

En se mettant en situation réelle, tous les participants ont pu à tour de rôle jauger la performance des autres participants et réaliser une chose qu’on ne comprend pas toujours quand on s’entraîne seul: tout le monde se trompe et le sans faute intégral est impossible à atteindre.

Je vais même plus loin: un candidat qui viserait une prestation parfaite lors d’un entretien dans le conseil en stratégie ferait une erreur stratégique car ce n’est pas une

condition nécessaire pour obtenir une offre. Ceux qui suivent les conseils du site savent qu’il y a un paquet de conditions nécessaires. Mais en aucun cas celle d’être un robot qui réussit tout sur tout. Lors des séminaires, certains participants étaient déjà en course dans des cabinets top-tiers, oui top-tier et vous savez quoi? Eux aussi se plantaient lors de nos simulations de cas, lors des épreuves quantitatives ou non.

Foncez!

Pour réussir dans cette démarche visant le conseil en stratégie, il faut se fixer des objectifs réalistes, viser l’excellence sur les dimensions de l’entretien qui peuvent s’anticiper, soit à peu près toute la phase de fit et une grosse partie de l’étude de cas. A ce sujet, voici une anecdote concernant la partie fit-entretien interpersonnel. Sachant que la question stressante pour les candidats est l’étude de cas – d’où le nom de ce site :) – j’ai commencé le dernier séminaire par la résolution des cas, afin que chacun puisse être rassuré d’entrée sur le thème qui le préoccupe le plus. Mais si travailler la partie fit -interpersonnelle n’est pas très sexy a priori, pratiquement tous les candidats du dernier séminaire ont témoigné avoir sous-estimé cette partie lorsque nous l’avons traité. Car ne vous y trompez pas, la partie cv, lettre de motivation et présentation est de loin la moins exploitée par les candidats. Alors profitez-en et foncez sur ces dimensions interpersonnelles, sans craindre de faire des erreurs, j’en ai fait un paquet pendant mon processus de sélection et cela ne m’a pas empêché de décrocher McKinsey et le BCG.

Vous avez apprécié cet article?
"Recevez une étude de cas intégralement corrigée"
Renseignez votre email pour que je puisse vous envoyer gratuitement ce document inédit! Comme vous je déteste les SPAMS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Subscribe without commenting