Voici LA raison qui entraîne le plus grand nombre d’échecs dans les entretiens de conseil en stratégie…

Bonjour à tous les lecteurs d’etudedecas.fr. Je dois avouer qu’entre mes activités de conseil, une start-up qui démarre sur les chapeaux de roue dans le domaine décisionnel et  les formations que j’ai lancé cette année au sein d’une sélection de Grandes Ecoles de commerce et d’ingénieur, je n’ai pas touché terre et je n’ai malheureusement pas eu le temps de maintenir mon rythme de rédaction d’articles pour le site. Or cette activité est pour moi cruciale, car le site etudedecas.fr contribue à renforcer la candidature de candidats qui ne peuvent avoir accès aux formations dans le cadre académique dans lequel j’interviens. La majorité des lecteurs du site sont en effet des cadres qui souhaitent se reconvertir, rebondir dans leur carrière et qui ont compris que le conseil en stratégie et management était une véritable opportunité dans cet objectif.

connecte au conseil en strategie

Il y a une dizaine d’années encore, les recrutements des cabinets de conseil en stratégie et management étaient particulièrement fermés, notamment en France. Aujourd’hui ce n’est heureusement plus le cas et une part non négligeable des recrutements concerne des candidats avec une expérience, ce qui ouvre grandement le champ des possibles pour les personnes intéressées et qui enrichit considérablement la diversité des profils et des expériences dans le conseil. Pour permettre à un maximum de lecteurs de renforcer leur compétitivité, il me parait essentiel de partager avec vous le premier critère de rejet des candidatures dans le conseil.

 

Pour la petite histoire, lors de mes formations, je passe environ une heure à  détailler les 6 principales causes d’échec dans les entretiens des cabinets de conseil afin de permettre aux candidats que je suis de prendre la mesure de ce qui les attend. Mais au delà de ces causes, plus ou moins techniques, il y a une raison supplémentaire qui me parait plus importante que toutes les autres. Cette raison est intrinsèque, elle participe à toutes les autres et nécessite une attention particulière et une intégration dès la genèse de votre préparation, c’est pourquoi je voudrai la partager avec vous avant la grande saison des recrutements, qui aura lieu à partir de janvier pour la plupart d’entres-vous.

Avant de vous donner cette raison, je dois faire un court aparté. Savez-vous à quoi sert la partie interpersonnelle et l’étude de cas lors d’un entretien dans un cabinet de conseil ? Je ne parle pas des objectifs que tout le monde connait, du type « tester vos aptitudes sur tout un tas de dimensions », non je voudrai aborder cette question sous un angle plus vaste et englobant. Attention, alors voici :

« L’entretien est un moyen pour l’examinateur de vérifier si oui ou non il souhaiterait travailler avec le candidat après le processus de recrutement ». Dans ce cadre, la partie interpersonnelle permet de tester si oui ou non on souhaiterait travailler avec vous sur le plan humain et vis-à-vis du client. L’étude de cas permet de tester si vous apporteriez de la valeur dans un projet concret, tiens dans un des projets sur lequel travaille actuellement votre examinateur par exemple. D’ailleurs, c’est une des raisons qui explique que les sujets d’étude de cas sont si souvent issus de projets réels, ajoutant par la même une diversité infinie aux sujets possibles.

Sous cet angle, il est aisé de comprendre la raison numéro un conduisant à un échec : apparaitre comme déconnecté du monde du conseil. Alors vous me direz, quand on n’a pas d’expérience du conseil, ce qui est le cas de la grande majorité des candidats, paraitre connecté est loin d’être évident. Vous avez raison, c’est d’ailleurs pourquoi je pousse toujours au maximum pour introduire cette dimension dans le programme de mes formations. A priori les prescripteurs ou les candidats veulent faire des études de cas, ce qui est naturel et normal. Et moi d’expliquer qu’il est impératif d’ajouter un module de compréhension des réalités du conseil. J’ai nommé ce module « le métier de consultant par un insider », afin que le candidat comprenne et prenne la mesure du quotidien, des reflexes et standards de chacun de ses examinateurs. C’est essentiel pour réussir, encore plus pour les candidats qui ne sont plus dans le système académique. Pour ne rien vous cacher, le site etudedecas.fr va en ce début d’année 2014 proposer un moyen inédit et abordable pour vous permettre de vous préparer sur toutes les dimensions des entretiens de conseil. En attendant, voici les outils pour vous connecter au monde du conseil : utilisez votre réseau pour discuter avec des consultants, lisez un maximum d’articles sur le conseil notamment sur le web anglophone bien plus riche que le francophone sur ce volet, discutez aussi avec les consultants que vous croisez dans votre entreprise, renseignez-vous sur les salaires, le rythme de travail, la culture conseil, les exigences, les standards de travail…afin que le jour J vous soyez vus au delà de votre performance, comme faisant partie du même monde que votre examinateur.

Vous avez apprécié cet article?
"Recevez une étude de cas intégralement corrigée"
Renseignez votre email pour que je puisse vous envoyer gratuitement ce document inédit! Comme vous je déteste les SPAMS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Subscribe without commenting